Le directeur général de l’Institut national de recherche en science exactes et naturelles (IRSEN), le professeur Clobite Bouka Biona a affirmé le 23 mai dans une interview exclusive à Vox Congo les biotechnologies pouvaient être au service de la santé et de l’environnement. Il a par ailleurs donné des éclaircissements sur la prochaine conférence sur les biotechnologies et le développement, qui sera organisée à Brazzaville du 26 au 28 octobre ​à l’auditorium de l’Université Marien ngouabi. 

Le directeur général de l’IRSEN a indiqué que  cette conférence sera un moyen d’échange de connaissances avec des participants qui viendront de Belgique, d’Egypte et de France. Il s’agit en effet de montrer le lien qu’il y a entre la biotechnologie, la santé et l’environnement. « Nous voulons montrer que les biotechnologies peuvent être au service de la santé et de l’environnement. La conférence intéressera les jeunes doctorants du Congo et ceux qui sont intéressés par la biotechnologie », a-t-il souligné.

Selon Clobite Bouka Biona, son institut ne fait pas que la science pour la science, mais il essaie de regarder comment apporter des solutions aux populations. Dans le cadre des aliments, les responsables de l’IRSEN cherchent à regarder quelle est la composition exacte des aliments et comment les améliorer quand elles ont constaté les carences. Ils travaillent aussi sur les huiles essentielles qui ont les effets thérapeutiques ou qui peuvent aller vers les soins cosmétiques. « Nous essayons d’avoir les sujets qui ont un impact sur la santé de la population », a-t-il poursuivi.

Il a ajouté que depuis qu’il était à la tête de l’IRSEN, il a focalisé son travail sur la biologie. Bien qu’il existe d’autres axes, la biologie les a conduits à faire des recherches pointues sur l’ADN et les enzymes. Il veut ainsi montrer que les biotechnologies peuvent être au service de la santé, de l’environnement et qu’elles sont l’avenir dans les sciences. « Il y a une rapidité à sonder les choses que nous ne pouvons sonder avant sans les biotechnologies. Nous voulons montrer que les biotechnologies sont une science de l’avenir avec des impacts sur plusieurs domaines qui concernent la vie de l’homme », a-t-il insisté.

Pour lui, l’IRSEN a l’expertise pour résoudre les problèmes qui se posent à la population congolaise. « La biotechnologie si elle est bien managée peut contribuer à l’amélioration la vie des populations. Nous sommes en train de faire de recherche sur une enzyme qui fluidifie le sang dans les vaisseaux sanguin et qui soit capable de détruire les microbes dans le sang. Nous avons aussi dirigé nos recherches sur les problèmes liés à l’environnement. Par exemple des zones d’appuie de remédiation des sols pollués par les hydrocarbures. Refaire l’écologie après que ces sols soient dépollués. Retrouvé un environnement convenable.  A Pointe-Noire, par exemple, nous travaillons avec la société Green service dans ce sens », a-t-il dit.

Il a lancé un appel à tous ceux qui sont intéressés qu’ils peuvent s’adresser à son institution afin de mener des recherches sur l’amélioration de la qualité de leurs produits. Pour lui, l’expertise n’est pas qu’à l’étranger, il y a de l’expertise au niveau national.

©VOX TV