La recherche océanographique refait surface

Le ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation technologique, Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou, a engagé le processus visant à réfectionner le laboratoire, recenser les espèces poissons conservés, ayant changé de nom scientifique et former des cadres pour redynamiser la recherche océanographique, un des axes du Plan national de développement 2018-2022.

Le Ministre de la Recherche Scientifique lors de sa descente de travail à Pointe-Noire

Le ministre Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou a récemment effectué une évaluation de terrain, à la cité scientifique de Pointe-Noire, en vue de relancer le laboratoire de l’océanographie et trouver des solutions biologiques pour le traitement des déchets des hydrocarbures par l’Institut de recherche en sciences exactes et naturelles (Irsen).

Ce laboratoire procédera aux études des processus physiques du milieu marin et côtier du Congo, de la biodiversité et de l’écologie des différentes espèces marines. La structure qui intègre le département de l’Irsen animé par le Pr Victor Mamoné-kéné, maître de conférences en écologie aquatique, ichtyologie et environnement, a également la vocation d’évaluer les stocks des ressources halieutiques.

Le laboratoire de l’océanographie, qui hier a fait la ferté de la République du Congo, a une importance capitale et va servir non seulement au ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation technologique, mais également aux ministères des Hydrocarbures, de la pêche, de l’Environnement et de la Marine marchande.

D’autres structures

Le ministre de la Recherche scientifique a, par ailleurs, visité les locaux dans la Villa Dello Jean qui abriteront le laboratoire de biologie moléculaire de l’Institut de recherche en science de la santé, y compris ceux qui serviront de cadre au laboratoire d’analyses microbiologiques et chimiques de la pêche continentale et aquaculture.

Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou a, par la suite, ordonné à la zone de recherche agronomique de Pointe-Noire de mettre en valeur les espaces d’expérimentation se trouvant au sein de la cité scientifique de la ville océane, de proposer des projets permettant la bonne collaboration entre ladite zone de recherche et la société Green-Service, ainsi qu’un autre projet sur la riziculture.

Recadrage

Le séjour de travail a également ponctué par une réunion de recadrage entre les chercheurs du laboratoire physico-chimique de l’Irsen et la société Green-Services sur le traitement des boues de forages et des celles de fonds de bac. Le laboratoire physico-chimique de l’Irsen se penche en priorité à l’environnement pour parer à la pollution environnementale, en adhérant à la stratégie mise au point par Green-Services à propos des boues polluées par les hydrocarbures. Aussi, ce laboratoire accompagne la société Green-Services dans la recherche des micro-organismes naturels dans la dégradation des hydrocarbures, tout en étudiant la qualité et la grandeur de la pollution des rivières de Pointe-Noire qui polluent les zones de pêche.

Le ministre Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou a pris l’engagement de s’y mettre pour accompagner les directions des zones de recherche installées à Pointe-Noire et au Kouilou.

Rominique Maka
In « Les Dépêches de Brazzaville »
N°3789 du jeudi 23 juillet 2020