I Introduction :

Le ricin est la seule espèce du genre Ricinus le ricin commun est un arbuste d’origine tropicale de la famille des Euphorbiacées. Originaire du nord-est de l’Afrique et du Moyen-Orient, il s’est naturalisé dans de nombreuses régions tropicales du monde.

Magnifique arbuste au feuillage spectaculaire, le nom de genre Ricinus signifie « tique » en latin. Il est ainsi nommé parce que sa graine évoque une tique gorgée de sang.

Le genre Ricinus ne comprend qu’une seule espèce d’arbuste à feuillage persistant dans les régions à climat doux. La plante pousse à l’état naturel sur les terrains en friches, sur les pentes rocailleuses et même parfois en bordures de routes.

L’intérêt majeur de la plante réside dans ses graines riches en huile. Palmilobées, lustrées, les feuilles de certains cultivars comme ‘Impala’ prennent une teinte pourprée du plus bel effet. Les petites fleurs en épis sont suivies de capsules rouge éclatant, ovoïdes et couvertes de piquants. Elles contiennent de fort jolies graines renfermant un alcaloïde puissant. Toutes les parties de la plante sont très toxiques.

Dans le cadre de la protection de l’environnement et pour la réduction des émissions de CO2 (donc pour lutter contre les changements climatiques), il a été conçu un projet de biocarburants. Dans la philosophie du projet, les cultures pour la production de ce biocarburant trouvent leur aire de production dans les terres marginales,  inaptes aux cultures vivrières et la plante la plus idoine à cette fin (production d’huile) a été identifiée, c’est le ricin.

Dans le souci d’accompagner le gouvernement Congolais dans la recherche des solutions  pour relever le défi de diffuser la culture du ricin, Green Services, compte mettre en place et conduire une expérimentation en milieu réel utilisant les fertilisants biologiques dans l’aire du village Tandou Mboma, district de Tchiamba Nzassi. Cette zone en effet dispose de nombreuses terres qui répondent aux caractéristiques suscitées et l’adhésion des populations est acquise.

La technique de production à tester consiste a fertiliser le sol par l’apport d’engrais   biologiques riches en microorganismes, ces derniers relèvent la fertilité biologique des sols assurant ainsi l’augmentation des rendements.

Il a été décidé de conduire l’expérimentation en utilisant une variété de ricin locale donc adapte aux exigences pédoclimatiques de la région et résistante aux pathogènes.

L’IRA mettra  à la disposition pour cette étude, une équipe composée d’un chercheur et des techniciens. L’équipe de l’IRA devra caractériser le site, proposer un dispositif expérimental, le mettre en place et assurer  le suivi jusqu’à la récolte. Ce travail sera réalisé en coordination avec la direction technique de la société Green Services.

L’objet de l’expérimentation, est d’évaluer l’effet des fertilisants  biologiques  sur la productivité d’une variété locale de  ricin afin de mettre à la disposition des producteurs de la contrée des semences accompagnées de la fiche technique.

Le travail commencera donc par l’effet des fertilisants biologiques sur cette culture comparé a l’effet combiné des fertilisants biologiques et des engrais minéraux sur cette culture.

Au terme,  il s’agira de présenter et de discuter les résultats obtenus, afin  de proposer un itinéraire technique de la conduite de cette culture par rapport à ces fertilisants.

II Matériel et méthodes

II 1 Localisation de la zone d’étude

La zone d’étude de l’expérimentation en milieu réel se situe dans le département du Kouilou, village Tandou Mboma vers la frontière avec le Cabinda. C’est une  zone où se déroule  l’exploitation pétrolière. La vitesse du vent est en moyenne de 14km/h, la température journalière moyenne est de 26°c, l’humidité relative se situe autour  de 80%.

II 2 Matériel technique

Le matériel utilisé lors de cette étude est composé de :

Matériels  utilises par les agents de l’IRA

  • Deux (02) Pieds à coulisse
  • Une (1) Balance tarée à 50 Kilogrammes
  • Un (1) véhicule tout terrain avec un chauffeur, mis à notre disposition pour toutes les missions effectuées
  • Des houes (03)
  • Des machettes (03)
  • Les marqueurs (1boite)
  • Des cuvettes plastiques (24)
  • Des blocs notes (5)
  • Des règles graduées de 50cm (3)
  • Un pulvérisateur
  • Nappes en polyéthylène noir
  • Humidimètre (à lecture directe, exemple Marque rotronic)
  • 5 paires de bottes
  • Le GPS
  • La tarière
  • Le pluviomètre
  • Le thermomètre

Matériels utilises par la main d’œuvre locale

  • Des houes (30)
  • Des machettes (30)
  • 30 paires de bottes

II 3 Matériel végétal

Ce matériel est constitué par une variété locale de ricin  (Ricinus communis) obtenu en milieu paysan. 

II 4 Méthode de travail

Le terrain sera délimité après prospection du site. Les services d’un topographe seront sollicites pour le faire.  Par la suite ce terrain sera désherbé.

Des échantillons de sol seront prélevés pour des analyses physico chimiques.

Une expérimentation sera mise en place.

II 4 1 Préparation du terrain :

Un labour de 20 cm sera réalisé.

II 4 2 Dispositif expérimental :

Pour des problèmes d’isolement et pour limiter la migration des bactéries d’une parcelle à une autre, cette étude se mènera sur deux dispositifs expérimentaux de  6936m² chacun.

Le dispositif expérimental 1 étudiera l’effet  de la fumure biologique sur la culture de ricin. Il sera constitué par les blocs de Fischer aléatoires avec trois répétitions. Les parcelles élémentaires auront une superficie de 578m²  (34m x17m). Les écartements entre ligne seront de 2m et de 1,5 m sur les lignes.  Les écartements entre deux parcelles élémentaires seront de 2m, et 2m entre les blocs. Ce qui nous donnera un total de 176 poquets par parcelle élémentaire.

Les différentes combinaisons de l’engrais biologiques, constitueront les différents traitements. Ainsi nous en aurons quatre (04) qui se présentent comme suit :

  • Ricin + engrais biologique;
  • Ricin+ Engrais biologique + engrais minéral ;
  • Ricin + engrais biologique +calcaire ;
  • Ricin+ Engrais biologique + engrais minéral+calcaire ;

 Schéma du dispositif expérimental N° 1

Le dispositif expérimental 2 par contre mettra en évidence l’effet  de la fumure minéral sur la culture de ricin. Il sera constitué aussi  des blocs de Fischer aléatoires avec trois répétitions. Les parcelles élémentaires auront une superficie de 578m²  (34m x17m). Les écartements entre ligne seront de 2m et de 1,5 m sur les lignes.  Les écartements entre deux parcelles élémentaires seront de 2m, et 2m entre les blocs.

Les différentes combinaisons de l’engrais minéral, constitueront les différents traitements. Nous aurons quatre (04) traitements qui se présentent comme suit :

  • Engrais minéral+calcaire ;
  • Engrais minéral
  • Ricin + calcaire ;
  • Ricin 

Schéma du dispositif expérimental N° 2