Le chantier situé dans le district de Tchiamba Nzassi, département de Pointe-Noire, a été visité, le 30 mars, par Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou, ministre de la Recherche scientifique et de l’innovation technologique.

Le ministre Coussoud-Mavoungou sur le site du bio centre de Tandou-Mboma/ Photo Adiac

Construit par la société de droit congolais Green services, le bio centre de Tandou Mboma traitera deux mille tonnes  de boues hydrocarburées par an, en utilisant une technique où n’intervient aucun enfouissement ni incinération. Toutes les boues hydrocarburées seront détruites par le procédé mis en place qui les rendra complètement dépolluées puis transformées en fertilisant biologiques et efficaces. « C’est un site de cinq hectares où seront  érigés seize bassins  qui vont recevoir les boues à traiter. On les mélange avec l’eau, la mélasse et un peu de bactéries. Ce site comprend aussi des bureaux, une infirmerie, une cantine, un forage, un laboratoire qui va permettre de mesurer la teneur en hydrocarbures de produits qui arrivent et aussi de contrôler, au fur et à mesure, la baisse de cette teneur. C’est la première fois que ce procédé est utilisé à cette échelle au niveau des hydrocarbures », a expliqué Lionel Sanz, chef des travaux.  

Se réjouissant de cette expérimentation particulière, le ministre Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou  a dit: « Le département de la recherche scientifique  doit savoir accompagner le secteur agricole et partant, tous les secteurs économiques. C’est pourquoi nous soutenons cette expérimentation de Green Services à Tandou Mboma qui va transformer des boues hydrocarburées en engrais. Cela va augmenter la productivité agricole (…) La recherche scientifique et ses services spécialisés, à savoir  l’Institut de recherche agronomique, l’Institut de recherche en sciences exactes et naturelles, et l’Institut de recherche forestière, vont accompagner la société Green Services  dans ce projet ». Et d’ajouter: «Un dispositif de production de moringa est également prévu, tout comme l’assistance des autres secteurs tels l’élevage ou la pêche ».

Selon Marcelo Della Corte, directeur général de Green Services, ce projet bénéficie du suivi scientifique du ministère de la Recherche scientifique, de la société B.E.A, de la République de Saint Marin qui apporte son expertise et sa technicité sous la coordination de Stand international, également de la République de Saint Marin.  C’est donc un projet international. « C’est une première dans la sous-région Afrique centrale, un centre qui traite  les boues hydrocarburées de façon organique, en utilisant aucun enfouissement, pas d’incinération, tout est biologique », a-t-il signifié, concluant que ce projet a un impact dans la population puisqu’il emploie la main d’œuvre locale.

Hervé Brice Mampouya